Jean-Paul Riopelle

Jean-Paul Riopelle commence à dessiner très jeune. Dès l'âge de six ans, son père Léopold confie Jean-Paul à un artiste montréalais, Henri Bisson. Ils se retrouveront chaque samedi pendant une dizaine d'années à peindre des paysages, des personnages et des natures mortes.

Alors que Jean-Paul a sept ans, son jeune frère Pierre meurt d'une coqueluche mal soignée. Cette expérience avec la mort lui laissera des traces profondes.

Dans les années 1940, il fut élève de Paul-Émile Borduas à l'École du Meuble et devint membre du mouvement artistique des Automatistes. Il fut l’un des signataires du manifeste le Refus global.

En 1949, il s'installa à Paris et continua sa carrière en tant qu'artiste. C'est à ce moment qu'il devint réellement Automatiste, rencontrant les Surréalistes et son fondateur André Breton, pour qui il devient un confident. Il le surnommera par ailleurs le bûcheron canadien.

Après avoir rencontré le succès à Paris, il revient au Québec. Il passe plusieurs années à perfectionner la technique du all-over, qui consiste à éliminer toute forme de perspective dans le tableau au moyen d'éclats de peinture en couches multiples. (Un autre bon exemple de cette technique se retrouve chez l'artiste américain Jackson Pollock.) Par la suite, il se tournera vers la peinture au pochoir avec des bombes en aérosol. Enfin, il renouera avec la figuration : c'est l'arrivée des oiseaux. Il termine sa carrière avec quatre 1er prix internationaux et devient par le fait même, le plus grand peintre de l'histoire du Canada.

Son œuvre la plus célèbre est l'Hommage à Rosa Luxembourg. Cette œuvre immense fut créée en hommage à Joan Mitchell, lorsque Riopelle apprit sa mort. Riopelle à ceci de particulier qu'il est peut-être le seul peintre québécois du xxe siècle à avoir pleinement vécu la grande période parisienne de l'après-guerre. Une grande exposition, organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal, a été présentée en 2006 au Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg en Russie.

La place Jean-Paul-Riopelle a été aménagée en face du Palais des Congrès de Montréal